VOTE | 9 fans

#102 : Crisp

Titre VF : Crisp

Diffusions : Le 21 février 2010 à 22h00 (US) - Le 07 septembre 2010 à 21h05 (FR)

Audience US : 0.6 M

Résumé :

  L'idée est lancée ! Cam et Ben vont monter une affaire de Jeans. Mais ils vont devoir trouver rapidement de l'argent, des contacts ainsi que des fournisseurs. Première étape : l'artisan.

Côté coeur, le dernier monologue de Ben envers Rachel n'est pas passé inaperçu. Quant à Rene, il doit montrer à tout le monde que son dernier séjour en prison l'a transformé, en quelqu'un de bien.

Vidéos

Scène d'ouverture de l'épisode

Scène d'ouverture de l'épisode

  

Extrait - Cool Pockets

Extrait - Cool Pockets

  

Plus de détails

1x02: Crisp

Ben se réveille au milieu de bouteilles vides. Il se remémore une fête bien arrosée où le nom Crisp revient souvent. C’est la nom de la ligne de jean de Ben et Cam. Il appelle Domingo sur son portable. Celui-ci sort d’une chambre, Ben lui dit qu’il doit y aller. Celine lui propose de revenir le soir même pour une autre fête.

Ben vient voir le professeur Presconi. Il ne revient pas de le voir dans une salle de classe. Il lui dit qu’il a quelques questions à lui poser pour sa ligne de jean. Ben aimerait qu’il l’oriente vers un artisan. Le professeur lui dit qu’il a du talent mais que c’est un glandeur.

Cam quant à lui, parle de la ligne de jean au supermarché. Il appelle Ben. Presconi leur a conseillé d’aller à Los Angeles. Ils ont aussi besoin d’investissements. Cam lui dit de le retrouver à la boutique de jeans. Ben se demande si là bas ils voudront partager leurs informations mais Cam est confiant.

Rene est à l’église. Le père Dan est content de le voir. Rene lui dit avoir retenu la leçon. Le pasteur lui dit qu’il n’est pas seul. Rene lui parle de son entreprise Rasta Monsta. Sa grand-mère est fière de lui.

Ben et Cam sont à la boutique de jeans. Cam se fait passer pour un client curieux et le vendeur se fait avoir et répond à toutes ses questions.

Rachel appelle Ben. Elle voudrait le voir pour boire un verre et parler de ce qu’il s’est passé la nuit où il est venu à sa fenêtre. Ils se donnent rendez-vous le soir même.

Le propriétaire de la boutique aussi se fait avoir par Cam. Il est ravi. Ils se retrouvent dans le Bronx car c’est là que les jeans sont produits. Ils parlent de Rachel et Cam est contre le fait que Ben tente de renouer encore une fois avec elle. Il ne pense pas que cela marchera entre eux. Finalement, ils se retrouvent dans une boucherie. C’est le propriétaire qui s’est joué d’eux.

Rene se promène avec sa grand-mère. Ils rencontrent des jeunes qui ont du respect pour lui. Rene voudrait que sa grand-mère déménage dans un autre quartier mais elle refuse à cause de Cam. Elle lui demande de le surveiller.

Ben retrouve Rachel pour dîner comme convenu. Ils parlent de tout et de rien avant d’en venir au fait. Rachel s’excuse pour la façon dont elle a amené Darren dans la galerie. Il lui pose des questions sur lui. Elle lui dit de tourner la page. Il lui dit que c’est elle qui devrait tourner la page, lui la déjà fait. Il s’en va.

Ben retrouve Cam. Il lui demande s’il s’est remis avec Rachel. Ben lui dit qu’il n’a même pas eu le temps de commander. Cam est désolé pour son ami mais Ben lui dit qu’il s’en moque. Ils parlent de leur affaire et du fait qu’ils doivent bientôt payer Rene. Cam lui demande s’il est prêt pour la soirée.

Ils se retrouvent donc à la soirée et parlent à plusieurs filles. Celine leur présente Carole. La fête est en son honneur. Ben remarque que l’homme qui parle à Celine est John Varvatos, un célèbre designer. Pour Cam, Celine doit leur présenter. Il pourrait les mettre en contact avec un fabricant. Elle est ravie de pouvoir les aider. John leur propose de s’assoeir à sa table sauf qu’ils se retrouvent à l’autre bout. Ben dit à Cam qu’ils devraient se lancer. Cam attire l’attention de tous pour porter un toast en l’honneur de John. Celui-ci leur propose de passer à son studio le lendemain. Ben félicite son ami.

Ben et Cam attendent pour donner l’argent à Rene. Celui-ci est impressionné. Il leur montre un camion qui va servir à rendre sa marque célèbre. Cam lui parle de leur rendez-vous avec John. Rene se moque d’eux.

Mike Heller accueille les deux jeunes gens. John ne peut les recevoir mais lui est là. Cam lui demande s’il a des recommandations pour un fabricant. Mike leur dit que le leur est à Macao. Il leur demande à son tour s’ils ont des échantillons de leur ligne ou une ligne budgétaire. Puis Mike leur conseille de ne pas lancer la ligne de jean. Ils ne sont clairement pas prêts.

Mais Ben et Cam sont déterminés à le faire quand même.

Générique

 

Ben : "Croquant". Vise mon fute !

Domingo : Argent !

Cam : Ça roule !

Domingo : Nibards !

 

Ben : Désolé Domingo mais je dois me tirer.

Domingo : Je vais pas te retarder. C'est bon.

Ben : Remercie Celine de m'avoir hébergé.

Celine : De rien. Tu veux partager un câlin avec nous ?

Ben : Un petit câlin. Non, je peux pas. Mais c'était cool, hier soir.

Celine : Tu peux venir plus tard dans la soirée. On fait une petite fête pour ma copine Carole. Elle vient de boucler la campagne J. Crew.

Ben : Tu prends jamais un soir de repos ?

Celine : Jamais. Je pourrais louper des trucs.

Ben : Je serai là.

Domingo : Mec, faut que je te dise, j'aime quand tu te lèves tôt, pour t'occuper de ton truc de jeans. C'est excellent.

Ben : T'aimes toujours le nom ?

Domingo : "Croquant" ? Ouais, sûr. Simple, compréhensible... un peu comme toi.

Ben : J'essaye. Repose-toi bien.

Domingo : Ouais, sans fautes... mais après ça !

 

Professeur : Tu n'es pas dedans, tu vois ? Le problème est que ça ne te ressemble pas Je veux voir toi, travaille sur toi. Compris ? La semaine prochaine ?

Fille : Merci.

 

Ben : Professeur Fresconi.

Professeur : Toi, dans une salle d'école, qui l'eut cru.

Ben : Vous vous rappelez. Comment ça va ?

Professeur : Bien. Alors que veux-tu ?

Ben : En fait, j'ai quelques questions à vous poser. Je démarre une ligne de jeans. Ça s'appelle "Croquant" et ça s'inspire des années 70 à New York. La naissance du hip-hop, la naissance du punk rock, vous voyez ?

Professeur : Pas des Pattes d'eph ?

Ben : Non, juste l'esprit des années 70.

Professeur : Tu étais né dans les années 70 ?

Ben : Non.

Professeur : La ville était une vraie décharge. Central Park était un champ de bataille. Times Square était rempli de putes.

Ben : Il y a des amateurs pour tout, non ? Enfin, j'espérais que vous pourriez me brancher avec un bon artisan.

Professeur : Tu es de retour depuis 30 s et tu veux déjà les clés du royaume.

Ben : Juste une recommandation, ça ira.

Professeur : Tous les bons sont dans les quartiers de LA.

Ben : C'est ce que j'ai entendu, mais vous ne connaitriez pas quelqu'un en ville ?

Professeur : Je serai content de passer quelques coups de fil, mais je vais te dire, les gens sont un peu réticents à partager leurs sources. Je te tiens au courant.

Ben : Ouais ?

Professeur : Oui.

Ben : J'apprécie. Merci.

Professeur : J'ai toujours pensé que tu avais du talent. C'est juste que... tu ne tenais jamais tes engagements. Je suis honnête avec tous mes étudiants, même les glandeurs.

 

Cam : Ça sera des jeans de grande qualité. On va les appeler "Croquant". T'en penses quoi ?

Homme : Tu me dis croquant, je pense bacon.

Cam : Ouais, t'y connais quoi à la mode ? Grouille-toi juste avec mes sandwiches.

 

Cam : Comment ça s'est passé ?

Ben : Je sais pas trop.

Cam : Tu nous as dégoté un artisan ?

Ben : Fresconi m'a dit d'aller à LA. Tu te rends comptes ?

Cam : Oui. Fuck LA. Qu'est-ce qu'il y connait ? Il est juste prof.

Ben : C'est un prof qui a vendu sa société de fringue pour 8 M de dollars.

Cam : Pour de vrai ?

Ben : Ouais, il s'y connait.

Cam : Moi aussi. Écoute. Retrouve-moi à la boutique de jeans de la 14e dans 20 minutes.

Ben : Pourquoi ?

Cam : Parce que c'est de là que viennent nos jeans. Quelqu'un du coin doit leur faire leurs jeans. Tu piges ?

Ben : Pourquoi ils partageraient l'info ?

Cam : T'inquiètes. Laisse-moi faire. Retrouve-moi dans 20 minutes. Je t'ai pris un sandwich aux œufs.

 

Homme : Frangin, tu veux connaître le secret pour vendre des jeans ? Des poches cool.

Cam : T'as tout compris. Ouais. À plus.

 

Rene : Mon père.

Père : C'est bien que tu sois de retour.

Rene : C'est bien d'être dehors, et plus à l'intérieur, vous comprenez.

Père : Je comprends. J'ai amené la congrégation devant la prison. C'est pas un endroit pour vivre.

Rene : Vous m'en direz tant. J'ai passé ma vie à entrer et sortir de là, avant de retenir la leçon.

Père : Mais tu as retenu la leçon.

Rene : Oui. Le crime ne paye pas mais j'ai laissé ça derrière moi. Et je n'y retournerais plus.

Père : Je suis heureux de l'entendre.

Rene : Oui.

Père : Bonne nouvelle. Tu n'es pas tout seul.

Rene : Non ?

Père : Non. Jésus Christ t'aidera. Comme il m'a aidé à trouver le chemin, il t'aidera à trouver ta place parmi nous.

Rene : Je vais vous dire, il fait du sacré bon boulot. J'ai ma propre affaire. En fait, si vous recherchez des partenaires pour les soirées loto, mon entreprise, Rasta Monsta, J'adorerais vous sponsoriser.

Père : Nos soirées loto Rasta Monsta... Ça sonne bien.

Rene : Je suis sérieux. Je vais tout organiser, je m'occuperai de tout, j'offrirai les boissons. D'accord ?

Père : Très bien. J'en parlerai aux pères. Ça a l'air bien.

 

Anita : Il va être bon maintenant, Père Dan. Plus de prison pour lui.

Rene : Non, je te l'ai promis, Grand-mère.

Anita : Bien.

Père : À bientôt.

 

Cam : Tu les aimes ?

Ben : C'est frais.

Homme : C'est notre coupe la plus populaire. Ça vient du Denim japonais.

Cam : Je peux vous demander un truc ? Ils sont faits en Amérique ? Parce que je n'achète que local.

Homme : Tous nos jeans sont faits localement.

Cam : Sérieux ? C'est génial. C'est pas génial ?

Ben : Si, c'est vraiment génial.

Cam : Donc vous les faites à New York ?

Homme : Dans le Bronx.

Cam : BX ! On vient de là ! Nés et grandis. Quelle partie ?

Homme : Je suis pas sûr, je peux demander au proprio il est à l'arrière.

Cam : Vous seriez le meilleur si vous faisiez ça. Le gamin assure ou quoi ?

Ben : Si tu le dis.

 

Ben : Salut, quoi de neuf ?

Rachel : Je te dérange ?

Ben : Non. Non.

Rachel : Bien. Écoute, je me demandais si... tu voulais qu'on se retrouve plus tard... pour boire un verre ou autre.

Ben : Vraiment ?

Rachel : Je pense qu'on devrait parler de ce qu'il s'est passé l'autre nuit.

Ben : De quelle nuit tu parles ?

Rachel : La nuit sous-la-fenêtre, Ben.

Ben : C'est vrai. Ouais. Pourquoi pas... là où on boit du saké sur la 2e avenue ?

Rachel : D'accord, ça a l'air bien, 20 h ?

Ben : Je serai là.

 

Cam :  Mon grand-père était tailleur dans une usine sur Fordham, et je me demandais si c'était là que vous les faisiez.

Proprio : Fordham ?

Cam : Vraiment ? Ça ressemble au boulot qu'ils font. Vous utilisez quelle usine ?

Proprio : On a trouvé la perle rare à Hunts Point. 38 avenue Minada.

Cam : Je connais l'endroit.

Proprio : Ce sont les meilleurs.

Cam : Oui, oui. Cool.

Proprio : Je peux vous aider pour autre chose ?

Cam : Je pense que ça ira.

Proprio : Oui, merci.

Cam : Merci.

Proprio : Merci.

 

Cam : Le bon vieux Bronx. Il n'a pas la même saveur que l'East side.

Ben : Baisse le volume, ne nous fais pas tuer ici.

Cam : Relax. J'ai des gars dans tous les quartiers. En fait, on devrait aller chez les Cubains après ça. On va où ?

Ben : Je peux pas. Tu dois me couvrir.

Cam : Pour quoi ?

Ben : Rachel m'a invité à diner, en fait.

Cam : Je vais rien dire...

Ben : Bien, je veux rien entendre.

Cam : À part que t'es taré d'essayer de retourner avec elle.

Ben : Je vais pas essayer. Si je le voulais, j'aurais pas rompu en premier.

Cam : Elle a rompu.

Ben : Oui, la dernière fois, mais j'ai rompu la première, donc...

Cam : Peu importe. Je vais être celui qui entend, c'est la même chose, elle était pas heureuse, parce que tu l'étais pas. Quoi ? Elle n'apprécie pas ta misère autant que moi. Pas vrai ?

Ben : On y est, 38.

Cam : Tu le sens ?

Ben : Sentir ?

Cam : Tu le ressens ?

Ben : Je le ressens.

Cam : D'accord, viens.

Cam : Vous faites des jeans par ici ?

Homme : J'ai l'air de faire des jeans, mec ?

 

Rene : Pourquoi vous faites pas comme si vous étiez perdu dans un labyrinthe ?

Mec : Merde, je te connais. Tu es Rene Calderon.

Mec : Putain, Rene Calderon.

Rene : Je vous connais ?

Mec : Mon père a grandi avec vous. Il dit que vous êtes OG.

Rene : Dis à ton père, qui que ce soit que j'ai dit qu'il parlait trop.

Mec : Pas de problème, on s'arrache. On s'arrache.

Mec : C'est un plaisir de vous rencontrer. On s'arrache.

Anita : Ce ne sont que des enfants.

Rene : Non, Grand-mère. Ce sont de petites frappes, qui en deviendront de bien plus grosses. Je veux que tu sois en sécurité.

Anita : Je suis toujours en sécurité. Il y a beaucoup d'anges là-haut qui me surveillent.

Rene : Mais si on te déplaçait dans un endroit plus sûr comme Yonkers.

Anita : Qu'est-ce qui se passerait pour ton cousin Cam ?

Rene : Il a 30 ans. Il devrait être capable de s'occuper de lui.

Anita : Il a 27 ans.

Rene : C'est un imbécile.

Anita : Il n'est pas un imbécile. Il n'a pas eu la vie facile. Je veux que tu le surveilles.

Rene : J'essayerai. J'essayerai.

Anita : Bon garçon.

 

Rachel : Le boulot est bien. On bosse sur 4 apparts différents en ce moment, comme ça Eddie a une excuse pour être totalement taré. Comment va Alex ?

Ben : Il se remet de sa rupture avec John des costards. Il est d'un peu meilleure humeur.

Rachel : De meilleure humeur, c'est bien ?

Ben : Un peu.

Rachel : À propos de l'autre soir.

Ben : Oui, à propos de ça.

Rachel : Je veux m'excuser.

Ben : Ah bon ?

Rachel : Oui. C'était pas cool d'amener Darren dans cette galerie. En fait, il voulait me suivre. Et j'ai pas réussi à lui dire "non". Pardon.

Ben : C'est bon.

Rachel : Bien.

Ben : Mais merci pour ça.

Rachel : Donc tu me détestes pas ?

Ben : Jamais.

Rachel : Super.

Ben : Et c'est qui ce mec, au fait ?

Rachel : Qu'est-ce que tu veux dire ?

Ben : Il ouvre vraiment un hôtel ?

Rachel : Ouais.

Ben : C'est cool.

Rachel : Ouais, c'est cool.

Ben : Enfin, il l'ouvre tout seul ? Quoi ?

Rachel : Fais pas ce truc.

Ben : Quel truc ?

Rachel : Le truc que tu fais quand tu te compares à tout le monde et que tu t'énerves parce que tu fais pas mieux que les autres.

Ben : Je fais pas ce truc du tout. Je m'intéresse juste à celui avec qui tu sors.

Rachel : Pourquoi c'est important ? On tourne la page tous les deux, non ?

Ben : Quoi ? Tu penses que toi tu la tournes et pas moi ?

Rachel : Je croyais que si, mais ensuite tu es venu sous ma fenêtre à 4 H 30 du matin en criant.

Ben : J'étais bourré, Rachel.

Rachel : Oui, donc l'alcool t'as fait dire des choses que tu pensais pas ?

Ben : Tu veux parler de ça ? Et toi alors ? Si tu avais tourné la page, tu te ficherais que je te déteste ou pas.

Rachel : C'est pas une compétition. Je tiens à toi. Et je prends de tes nouvelles.

Ben : Tu prends des nouvelles ? Merci. Je vais plus que bien. Je vais super bien. Si je n'avais pas déjà tourné la page, voir le mec nu à ta fenêtre m'aurait suffi pour tourner la page. Tu sais quoi ?

Rachel : Quoi ?

Ben : Je dois y aller.

Rachel : Vraiment ? Ben, c'est...

Ben : Désolé.

 

Ben : Il se passe quoi, mec ?

Cam : Tu t'en es sorti indemne. Tu t'es remis avec Rachel ?

Ben : J'ai même pas eu le temps de commander.

 

Ben : C'est chaud ?

Homme : Ouais.

Ben : Mettez-moi un morceau de fromage.

Cam : Il s'est passé quoi ?

Ben : Comme toujours. Merci, mec.

Homme : Merci.

Cam : Désolé, mon frère.

Ben : Peu importe.

 

Ben : C'est comme ça. Passe-moi ça.

Cam : Tu sais, on doit faire notre premier paiement demain.

Ben : Merde. Déjà ?

Cam : C'est 300 $ tous les vendredis.

Ben : Fais chier.

Cam : T'inquiètes. J'ai mes 150 $.

Ben : Je sais. Mais 1 200 $ par mois, ça fait 15 000 par an.

Cam : C'est genre une Honda avec les jantes et le GPS.

Ben : Tout ça s'est fait sur un coup de tête. On doit être les deux seuls idiots dans l'histoire du prêt à payer des intérêts sur des jeans.

Cam : Mais c'est ce qui va faire notre succès. T'es prêt pour te retrouver avec Celine ce soir ?

 

Domingo : C'est qui ?

Ben : Comment ça va ?

Domingo : C'est cool.

Ben : Ça va ?

Domingo : Super bien. Je commençais à avoir peur qu'elles me fassent boire et profitent de moi.

Ben : Tu as l'air pétrifié.

 

Celine : Voici Carole, l'invitée d'honneur.

Carole : Comment vas-tu ?

Ben : Félicitations.

Carole : Merci.

Cam : C'est quoi la suite ? Une apparition dans "Vogue" ?

Carole : On verra bien. Là, je suis contente.

Domingo : Je suis content aussi. Et tes cheveux sont magnifiques. Je dis juste ça comme ça. On en parlera plus tard. Quoi ?

Cam : Carole est célibataire ?

Domingo : Oublie, Cam Elle a un petit ami et son père est un magnat du pétrole grec.

Cam : Et mon père est un mécanicien dominicain, mais ça m'arrêtera pas. T'es jaloux.

Cam : T'es un idiot. Ce petit chanceux a besoin d'une intervention.

Domingo : Qu'est-ce que t'as ? Tu penses à quoi là ?

Ben : Tu vois ce mec à qui parle Celine ?

Domingo : Ouais.

Cam : Qui ? C'est qui, ton psy ?

Domingo : Tes blagues sont terribles.

Ben : C'est John Varvatos.

Cam : Le designer ?

Ben : Ouais.

Cam : Celine le connaît ?

Domingo : Celine connaît tout le monde. C'est ma vie.

Cam : Elle doit nous présenter. Varvatos pourrait nous brancher avec un fabricant.

Celine : Quoi ?

 

Celine : John, puis-je te présenter quelques-un de mes amis ?

John : Bien sûr. Je suis John. Ravi de vous rencontrer.

Ben : Ça va ?

John : C'est un plaisir.

Cam : On est fans.

Ben : Je porte toujours vos créations.

John : Merci beaucoup. Je vois.

Ben : Pas là. Je savais pas que je vous verrais.

John : T'as l'air cool.

Celine : Ils lancent une ligne de jeans.

John : Oh, c’est cool.

Cam : On essaie.

Ben : On commence.

John : C'est génial pour vous.

Celine : Désolée de déranger.

John : C'est rien. Vous voulez boire un cocktail ?

Cam : Vraiment ?

John : Venez. Asseyez-vous.

 

Cam : Merci.

 

Cam : Pourquoi t'as pas demandé quand on lui parlait ?

Ben : J'allais pas lui balancer ça en lui serrant la main. Je lui demanderai au bon moment.

 

Cam : Ça va bien ?

Homme : Ouais. Et toi ?

Cam : T'es un ami de John ?

Homme : Non. Je suis un ami de ce gars-là. Un ami d'un ami de John.

 

Ben : Cinq expressos ? Merde. Mon cœur exploserait.

Cam : S'il en boit encore autant, on va y passer la nuit.

Ben : On y passe déjà la nuit.

Cam : J'aurais plutôt dû essayer avec Mademoiselle Carole.

Ben : On devrait se lancer. T'en penses quoi ?

 

Cam : Puis-je avoir votre attention s'il vous plaît ? Je voudrais dire quelque chose

en mon nom, Cam Calderon, et celui de mon partenaire, Ben Epstein, et de notre ligne de jean, "Denim Croquant". C'était un honneur d'être ici ce soir, et je veux remercier M. Varvatos pour sa générosité. Merci, John. C'était un plaisir de vous rencontrer, et j'ai hâte de remettre ça. On a hâte. Donc, à John.

Ben : À John.

Tous : À John.

John : Très gentil. Super toast. Ça va me coûter combien ?

Cam : Une minute de votre temps.

John : Vous pouvez passer à mon studio demain après-midi ?

Cam : Oui. Merci.

Ben : Très bien joué mec.

 

Rene : Où est mon cousin et son petit copain juif ?

Ben : Vraiment ?

Cam : Il a un sens de l'humour débile.

Rene : Les voilà avec mon pognon, comme chaque vendredi jusqu'à la fin de leur vie.

Cam : Pas si on vit plus longtemps.

Rene : Eddie, si je meurs, je te lègue mes dettes.

Eddie : Merci.

Rene : C'est rien mec.

 

Rene : Vous avez quelque chose pour moi ?

Ben : Et voilà.

Rene : Recompte.

Cam : Tout est là.

Rene : Qui t'a parlé ?

Homme : Tout y est.

Rene : Je suis impressionné. Je vais vous montrer un truc. Venez. Je sais que vous faites partie de la scène arty du centre ville.

Cam : Merde.

Rene : N'essayez pas de le toucher avec vos mains crades. Vous voyez ce truc ? Ce truc va rendre Rasta Monsta... célèbre.

Ben : Qui l'a fait ?

Rene : Tu connais Lee Quinones ?

Ben : Oui, une légende du graffiti.

Rene : Oui, pour toi. Pour moi, c'est le petit Lee des Smith Projects.

Cam : Lee a géré. Le camion est canon.

Rene : Comptez pas le conduire si vous me payez pas à temps.

Cam : Ça arrivera pas. On a un gros rendez-vous.

Rene : Un gros rendez-vous avec qui ?

Cam : John Varvatos.

Homme : C'est qui ce John Varvatos ?

Rene : Un créateur de mode, crétin. Pourquoi il veut vous voir ?

Cam : On créé une ligne de jean et il va nous aider.

Rene : Vous allez faire des slims ? Rigolez si vous voulez mais vous verrez qu'on va changer la donne.

Rene : C'était pareil pour vos horribles skates.

Ben : À vendredi, Rene.

 

Ben : Comment ça va ?

Fille : Ben et Cam sont là.

Mike : Super. Merci. Comment ça va ? Mike Heller.

Cam : Cam.

Mike : Enchanté.

Ben : Ben Epstein.

Mike : Ça va ? John s'excuse. Il a été appelé pour régler une affaire urgente avec Converse, mais j'ai des instructions pour notre réunion. J'espère que ça vous va.

Ben : Oui, bien sûr.

Mike : Pardon.

Cam : On peut attendre son retour pour trouver une autre date si vous préférez.

Mike : Pas d'inquiétude. Vous devez savoir que je gère le département jean chez John Varvatos.

Cam : Alors il s'y connaît.

Mike : J'essaye. Que puis-je faire pour vous ?

Ben : On cherche un bon fabricant de jeans. Je sais que vous ne donnez pas ce genre d'informations d'habitude, mais pouvez-vous nous recommander quelqu'un ?

Mike : Notre fabricant est à Macau.

Cam : C'est plus loin que ce qu'on voulait.

Mike : Vous avez des échantillons ?

Cam : Non. C'est pour ça qu'on veut un fabricant pour les faire.

Mike : Vous avez pas besoin de fabricant pour des échantillons. Vous avez besoin d'un patron. Le fabricant gère la ligne de production une fois les commandes arrivées.

Cam : Qui fait les patrons de John ?

Mike : On fait tout ici.

Cam : Les nôtres c'est possible ?

Mike : Non. Désolé, Cam. On fait pas ça.

Ben : Il rigolait.

Cam : Non, je rigolais pas.

Ben : Cam, s'il te plaît.

Mike : Vous avez un plan de développement ? Une ligne budgétaire ? Quelque chose ?

Cam : Pas encore, on y travaille.

Mike : Je peux être franc avec vous ?

Cam : Oui, bien sûr.

Ben : Oui.

Mike : Avant de vous lancer... Ne le faites pas. Ne faites pas ça.

Cam : Faire quoi ?

Mike : Ne lancez pas de ligne de jean. Ne perdez pas votre temps, ni votre argent. Des tas de gens ont échoué avant vous, en essayant de faire exactement la même chose. Les gars, je suis vraiment désolé. Je veux pas vous décourager.

Ben : Vous pensez que c'est impossible de lancer une ligne de jean ?

Mike : Je dis qu'avec mes 10 ans d'expérience, j'ai du bagage et je n'y suis toujours pas arrivé.

 

Ben : Il nous faut un patron.

Cam : Ouais ?

Ben : Ouais. On l'emmerde.

Cam : C'est pour ça que je t'aime mec. On l'emmerde. Il sait pas qui on est.

 

Générique de fin

 

Par titeoce52

Générique

 

Ben : "Crisp." Check my pants !

Domingo : Money !

Cam : Okay !

Domingo : Booby !

 

Ben : Fuck.

 

Ben : Yo, sorry about that, Domingo, But I've gotta bounce.

Domingo : Don't let me stop you, dude. It's all good.

Ben : Hey, thank Celine for letting me crash here, okay ?

Celine : You're welcome. Do you want to have a snuggle with us, Ben ?

Ben : A little snuggle.  Aww. No, I can't, no. But that was fun last night.

Celine : Then you must come by freemans later on this evening. We're having a little get-together for my friend Carole. She just booked the J. Crew campaign.

Ben : Don't you ever take a night off ?

Celine : Never. I might miss something.

Ben : Ah.  I'll be there.

Domingo : Yo, dude, I kind of have to say I like seeing you up early, You know, taking care of your denim business shit. It's awesome.

Ben : Hey, you still like the name, right ?

Domingo : Crisp ?  Hell yeah. Simple, understated-- Kind of like you.

Ben : I try. Hey, get some sleep.

Domingo : Oh, yeah, I will... After that.  Boom !

 

Professor : You're not in here, okay ? The problem is that's somebody else. I want to see you, work on you, okay ? Next week ? All right.

Girl : Thank you.

 

Ben : Professor Fresconi.

Professor : Dan Epstein.

Ben : Ben.  Ben Epstein.

Professor : Ben Epstein. God, in an f.I.T. Classroom no less.

 

Ben : You remember. How are you ?

Professor : I'm good. I'm good. So what you got ?

Ben : Actually I stopped by to pick your brain about something. I'm starting a denim line.

Professor : Oh, boy.

Ben : - It's called crisp...

Professor : Mm-hmm.

Ben : ...And it's inspired by 1970s new York city. So you've got the birth of hip-hop And the birth of punk rock, you know ?

Professor : Not bell-bottoms ?

Ben : No no, just the spirit of the '70s.

Professor : No.  Were you even alive in the '70s ?

Ben : No.

Professor : The place was a dump. I mean central park was a war zone. Times square was full of hookers.

Ben : You know, what's not to love, right ? Anyways, I was hoping you could hook me up with a good manufacturer.

Professor : Wow.  You're back 30 seconds, You already want the keys to the kingdom.

Ben : I'll settle for a recommendation.

Professor : All the good denim guys I know are in downtown L.A.

Ben : Yeah, that's what I heard, but you don't know anybody still in New York City ?

Professor : Uh, yeah, I'd be happy to make some calls, But I've gotta tell you-- people are a little funky about sharing their sources. I'll see what I find out.

Ben : Yeah ?

Professor : Yeah.

Ben : I appreciate it.  Thanks.

Professor : You know, I always thought you had talent. It's just... Your follow-through wasn't there.

Ben : Wow.

Professor : Mmm. I'm honest with all my students, Ben, Even the drop-outs.

 

Cam : It's gonna be high-end premium denim. We're gonna call it crisp. What you think ?

Man : You say crisp, I think bacon.

Cam : Yeah, whatever. What you know about fashion ? Just hurry up with my sandwiches.

 

Cam : Yo, how'd it go ?

Ben : I don't know, man.

Cam : Did you get us a manufacturer ?

Ben : Fresconi told me to go to L.A. You believe that ?

Cam : No. Fuck that and fuck L.A. What does Fresconi know? He's only a teacher.

Ben : He's a teacher that sold his apparel company for $8 million. Oh, for real ?

Ben : Yeah, he knows the business.

Cam : Well, so do I. Hey, listen. Meet me at 14th street at the jean shop in 20 minutes.

Ben : Why ?

Cam : 'cause that's where our denim was headed Before we got it. They must have somebody local who makes their jeans. Think about it.

Ben : And why would they share that with us ?

Cam : Just let me do what I do. Meet me there in 20 minutes and I've got your egg sandwich.

Ben : All right.

 

Man : Bubba, you want to know the secret to selling jeans ? Cool pockets.

Cam : There you go. Yeah. I'll see you later.

 

Father : Rene.

Rene : Oh.  Danny. Father.

Father : Hey, it's nice to have you back with us.

Rene : It's nice to be on the outside And not the inside, if you know what I mean.

Father : I understand. I led the congregation up in fishkill. It's no place for a man to live.

Rene : Yeah, tell me about it. I spent my life going in and out of there Just to learn that very lesson.

Father : But you learned the lesson.

Rene : Oh, I have. Crime doesn't pay and that's all behind me now. I'm never going back inside.

Father : I'm happy to hear that.

Rene : Yeah.

Father : Good news. You don't have to do it alone.

Rene : No ?

Father : No. Jesus Christ will help you. Like he helped me find my way, He'll help guide you so you stay with us from now on.

Rene : Well, I'll tell you- he's doing a pretty good job. I've got my own legitimate business. In fact, if you're ever looking for a partner for bingo night, My company, Rasta monsta, Would love to sponsor it.

Father : Our lady of sorrows Rasta monsta bingo night-- It has a certain ring to it. Yeah yeah.

Rene : No no, I'm serious. I'll set it all up, I'll run the whole thing, Pride all the beverages. Okay ?

Father : All right. I'll pitch it to the fathers.

Rene : Sounds good.

 

Anita : He's gonna be a good boy now, Father Dan. No more prison for him, huh ?

Rene : No.  That's my promise to you, grandma.

Anita : Huh.

Rene : All right.

Father : See you later.

 

Cam : You like this stuff, right ?

Ben : It's fresh.

Man : That's our most popular cut. It's made from Japanese selvage denim.

 

Cam : Cool. Now let me ask you a question : Are these jeans made in America ? 'cause I'm only buying domestic right now.

Man : Yeah, all of our jeans are made locally.

Ben : Seriously ?

Man : Mm-hmm.

Cam : That's awesome. Isn't that awesome ?

Ben : Yeah, that's definitely awesome.

Cam : So you make 'em in New York ?

Man : Yeah, in the Bronx.

Cam : B.X. ! That's where I'm from. Born and raised. What part ?

Man : Uh, I'm not sure. I can ask the owner. He's in the back.

Cam : You'd be the man if you could do that.

Man : Okay.

 

Cam : Is the kid smooth or what ?

Ben : Whatever.

 

Ben : Hello.

Rachel : Hey.

Ben : Hey, what's up ?

Rachel : Um, am I catching you at a bad time ?

Ben : No.  No.

Rachel : Okay, good. Listen, I was wondering if... You wanted to get together later, Maybe, to just get a drink or something.

Ben : Really ?

Rachel : Yeah, I think we should talk about What happened the other night.

Ben : What night is that ?

Rachel : The under- the-window night, Ben.

Ben : Right.  Yeah. Well, how about-- How about that sake spot over on 2nd avenue ?

Rachel : Okay, sounds good.  8:00 ?

Ben : I'll be there.

Rachel : All right.  Bye.

Ben : Bye.

 

Cam : My grandfather was a tailor in a factory on Fordham road And I was wondering if that's where you guys make these.

Owner : Fordham road ?  Nah.

Cam : Oh, really. It seems like the kind of work they'd do. What factory do you guys use ?

Owner : Yeah, we found a gem out in hunts point-- 38 minada avenue.

Cam : Oh yeah, I know that spot.

Owner : Yeah, they're the best.

Cam : Yeah yeah yeah.  Oh, cool.

Owner : Anything else I can help you out with ?

Cam : I think we're good.

Ben : Yeah, thanks, man.

Cam : Thanks.

Owner : Thanks, guys.

 

Cam : The boogie down Bronx. It just don't got the same flavor like the lower east side.

Ben : Could you keep your voice down and not get us killed up here, please?

Cam : Yo, relax.  I've got peoples in every borough. Yo, as a matter of fact, we ought to hit this Cuban spot after this. Where we going ?

Ben : I can't. I've got to get back.

Cam : For what ?

Ben : Rachel asked me to dinner, actually.

Cam : Pfft.  I ain't even gonna say nothing...

Ben : Good, 'cause I don't want to hear it.

Cam : ...Except that you're fucking crazy to be trying to go back there.

Ben : I ain't trying to go back there. If I wanted to, I wouldn't have broken up with her in the first place.

Cam : She broke up with you.

Ben : Yeah, the last time, but I broke up with her the first so--

Cam : Whatever.  I'm the one that's always gotta hear it at the end, And it's the same thing- she wasn't happy with you 'cause you were never happy. What ?  She don't appreciate your misery the way I do. Right ?

Ben : All right, this is us-- 38.

Cam : Yo yo yo yo. Yo, you feeling it ?

Ben : Feeling.

Cam : No, are you feeling it ?

Ben : Feeling it.

Cam : All right, come on.

 

Cam : Hey. Hey.  Hey ! Do you guys make jeans around here ?

Man : I look like I make jeans, pal ?

 

Rene : Yo, why don't you kids make like you in a maze and get lost ?

Guy : Oh shit. I know you. You Rene Calderon.

Guy : Oh shit. Rene Calderon.

Rene : Do I know you ?

Guy : My pops grew up with you. He says you o.G.

Rene : Yo, tell your father, whoever he is, That I said that he talks too much.

Guy : No-- no problem. Let's roll. Let's roll.

Guy : It's a pleasure to meet you, Mr. Calderon. We rolling.

Rene : Yeah, man.

 

Anita : They're just children.

Rene : No, grandma. They're little troublemakers Who someday are gonna become big troublemakers. I want to keep you safe.

Anita : I'm always safe, Rene. I have many angels up there looking after me.

Rene : Yeah, but I figure we'll move you to someplace safe like Yonkers.

Anita : What would happen to your cousin Cam ?

Rene : He's 30 years old. He should be able to take care of himself.

Anita : He's 27.

Rene : He's an imbecile.

Anita : He's not imbecile. He has not had the easy life. I want you to look after him.

Rene : I'll-- I'll try. I'll try. Okay ?

Anita : Good boy.

 

Rachel : Work's really good.

Ben : Yeah ?

Rachel : We're working on four different apartments right now, So it gives Edie the excuse to be totally insane. How's, um, Alex ?

Ben : Alex-- he's getting over his breakup with John from suits.

Rachel : Really ?

Ben : He's slightly more pleasant to be around.

Rachel : More pleasant is good.

Ben : Just a little bit. Yeah.

Rachel : So, umm...

Ben : So.

Rachel : ...About the other night--

Ben : Yeah, about that.

Rachel : I want to apologize.

Ben : You do ?

Rachel : Yeah. I feel it was really uncool for me to bring Darren to that gallery. He sort of wanted to tag along And I couldn't figure out a way to tell him no, So I'm sorry.

Ben : Yeah. It was fine.

Rachel : Good.

Ben : Thank you, though, for that.

Rachel : So you don't hate me ?

Ben : Never.

Rachel : Good.

Ben : So what's up with that guy, anyway ?

Rachel : What do you mean, what's up with him ?

Ben : Is he really opening a hotel ?

Rachel : Yeah, he's-- yeah.

Ben : That's cool.

Rachel : Yeah, that's cool.

 

Ben : Yeah, I mean, on his own ?  Just--

Rachel : Ben.

Ben : What ?

Rachel : Don't do that thing.

Ben : What thing ?

Rachel : That thing that you do when you compare yourself to everybody else in the world And then you get upset that you're not doing better than they are.

Ben : I'm not doing that thing. I'm just curious on who you're dating, okay ?

Rachel : Yeah, but why is it important ? It's like we're both moving on, right ?

Ben : Yeah.  What ? What ?  You think you're moving on and I'm not ?

Rachel : I thought you were moving on, Ben, But then when you show up underneath my window At 4:30 in the morning yelling and screaming--

Ben : I was drunk, Rachel.  Come on.

Rachel : Okay, so the alcohol Made you come over there and say things that you just didn't mean ?

Ben : You want to do this ? What about you ?  I mean is it really a sign that you moved on When you care or not whether your exboyfriend hates you ?

Rachel : Ben, it's not a competition. I-I-I care about you And I-I'm checking up on you,

seeing if you're okay.

Ben : Oh, you're checking up on me ? Thanks for that. I'm more than okay, Rachel. I'm great, all right ?

Rachel : Okay.

Ben : If I hadn't already moved on-- which I did-- All it took was seeing the naked

hotel guy in your window and-- - You know what ?

Rachel : What ?

Ben : I've gotta go.

Rachel : Really ?  Ben, this--

Ben : I'm sorry.

 

Ben : What's going on, man ?

Cam : Oh ho ! Look who made it in one piece.

Ben : Yeah.

Cam : So, you and Rachel-- are you guys back together ?

Ben : Let's put it this way- I didn't get a chance to order.

 

Ben : Hey, are these warm ?

Man : Yeah.

Ben : Yeah, let me get a slice of this cheese.

Cam : Oh, what happened ?

Ben : What always happens. Thanks, man.

Man : Thanks.

Cam : Sorry, bro.

Ben : Whatever.

Ben : It is what it is. Pass that.

Cam : You know we've got to make our first payment on the denim tomorrow, right ?

Ben : Jesus.  Already ?

Cam : It's $300 every Friday.

Ben : Fuck.

Cam : Well, don't worry. I've got my $150.

Ben : No, I know. It's just that $1200 a month- that's 15 grand a year.

Cam : That's like a Honda with the rims and the navigation system.

Ben : This whole thing was impulsive. I mean, we have to be the only two idiots in loan-sharking history To pay a vig on a spool of denim.

Cam : That's what's gonna make our jeans gangsta though. Yo, are you ready for Celine’s little get-together tonight or what ?

 

Domingo : Who is that ?  Yo.

Ben : Hey, what's up, man ?

Domingo : It's good.

Ben : How you doing ?

Domingo : I'm doing grand . I was beginning to get worried these ladies were gonna Get me wasted and

take advantage of me.

Ben : Yeah, you look petrified.

 

Celine : Boys, this is Carole, the guest honor.

Carole : How are you doing ?

Ben : Congratulations.

Carole : Thank you.

Cam : Next up for you, maybe "vogue" magazine ?

Carole : Well, we shall see. I'm just happy for today.

Domingo : Well, I'm happy for today too. Your hair looks amazing. I'm just putting that out there. We'll talk about it later on though.

Cam : Yo, Domingo...

Domingo : What ?

Cam : ...What's the deal with Carole ?

Domingo : Forget it, Cam, all right ? She's got a boyfriend And his pops is a Greek shipping magnate.

Cam : And my pops is a Dominican mechanic, But that's not gonna stop me.

Domingo : Yeah, all right.

Cam : You're a hater.

Domingo : You're a fool That lucky boy needs serious intervention. What's up ? What's your deal ? Where you at right now ?

Ben : Yeah, you see that guy that Celine’s talking to ?

Domingo : Yeah.

Cam : Who ? Who's that, your shrink ?

Domingo : Yo, your jokes are so terrible.

Ben : That's John Varvatos.

Cam : The designer ?

Ben : Yeah.

Cam : And Celine knows him ?

Domingo : Yeah, Celine knows everybody. That's my life.

Cam : Yo, she has to get us an introduction. Varvatos could definitely hook it up with a manufacturer.

Celine : What ?

 

Celine : John, is it all right if I introduce you To a couple of friends of mine ?

John : Sure.  Hey, how are you ? I'm John.

Cam : Cam.

John : Cam, nice to meet you.

Ben : Ben Epstein.  How you doing ?

John : A pleasure.

Cam : We're really big fans.

Ben : Yeah, I wear your clothes every day.

John : Thanks so much. Yeah, I see.

Ben : Well, not today. I didn't know I was gonna meet you.

John : You look cool though.

Celine : They're starting up a denim line, So I thought it would be nice to meet you.

John : Oh, that's cool.

Cam : Yeah, we're trying.

Ben : Just starting out.

John : Good for you guys. That's great.

Cam : Yeah.  Yeah.

Celine : Sorry to interrupt.

John : Oh, no interruption. You guys wanna join us for a cocktail ?

Cam : For real ?

John : Yeah, come on. Have a seat.

 

Cam : Thank you.  Yeah.

 

Cam : Why didn't you just ask when we were liking to him ?

Ben : I'm not just gonna hit him up while I'm shaking his hand, Cam. I'll ask him at the right time.

 

Cam : Hey.  How you doing ?

Man : Good.  How are you ?

Cam : Are you a friend of John's ?

Man : Uh, no. No, I'm a friend of his. He's a friend of a friend of John's.

 

Ben : Five espressos ?  Jesus. My heart would explode.

Cam : He keeps drinking them like that, we'll be here all night.

Ben : We have been here all night.

Cam : I should be getting it on with miss Carole somewhere.

Ben : Maybe we should just bounce. What do you think ?

 

Cam : Hey.

Ben : What now ?

Cam : Hey, everybody, can I have your attention, please ? Um, I just wanna say something On behalf of myself, Cam Calderon, My business partner, Ben Epstein, And our new denim line- crisp denim. It was an honor to be here tonight And I just want to thank Mr. Varvatos for all his generosity. Thanks, john.  It was good meeting all of you And I look forward to hanging out with you again. We both do. So... To John.

Ben : To John.

All : To John.

John : Very sweet. Nice toast. What's this gonna cost me ?

Cam : We'd love a minute of your time.

John : Why don't you come by my studio tomorrow afternoon ?

Cam : Yeah.  Thank you.

Ben : Nice.  Very nice, man.

 

Rene : Where's my cousin and his little Jewish lover ?

Ben : Really ?

Cam : He's got a stupid sense of humor.

Rene : Oh, there they are with my vig, As they will be every Friday for the rest of their lives.

Cam : Not if we outlive you.

Rene : Eddie, if I die,  I'm gonna will you their debt, okay ?

Eddie : Thank you.

Rene : You've got it, man.

 

Rene : You boys got something for me ?

Ben : There you go.

Rene : Count it twice.

Cam : It's all there.

Rene : Who's talking to you ?

Man : It's all good.

Rene : I'm impressed. I'm gonna show you guys something.  Come on. I know you guys are into that downtown art scene and all so...

Cam : Oh, shit.

Ben : Wow.

Rene : Now don't you touch that with your slimy hands, okay ? See this thing here ? This thing is gonna make Rasta monsta Famous.

Ben : Who did this ?

Rene : You ever heard of Lee Quinones ?

Ben : Oh, yeah, he's a graffiti legend.

Rene : Yeah, to you. To me he's little Lee from the Smith projects.

Cam : Yo, Lee did his thing. The truck looks dope.

Rene : Yeah.  You know you're gonna be driving this thing If you're late with my vig.

Cam : Never gonna happen. We've got a big meeting today.

Rene : Who you got a big meeting with ?

Cam : John Varvatos.

Man : Who the fuck is John Varvatos ?

Rene : He is a fashion designer, stupid. Why he meeting with you guys ?

Cam : 'cause we're starting a denim line and he's gonna help us.

Rene : You guys making skinny jeans ?

Cam : Ha ha ha. Y'all can laugh all y'all wa, But y'all gonna see we're gonna change the game.

Rene : That's what you said about those ugly skate decks.

Ben : See you next Friday, Rene.

 

Ben : How you doing?

Girl : Here are Ben and Cam.

Mike : Great.  Thank you. Hey, fellas. How's it going ? Mike Heller.

Cam : Cam.

Mike : Nice to see you.

Ben : Ben Epstein.

Mike : Hey, how's it going ? Hey. Look, John sends his apologies. He got called out of town last minute on some urgent converse business, But he left instructions for me to take the meeting. I hope that's okay.

Ben : Uh, yeah yeah, of course.

Mike : Excuse me.

Cam : We can always wait till John gets back And reschedule if that's better for you.

Mike : No no no. No, don't worry about it. Just to let you guys know, I'm the head of all denim operations here at John Varvatos.

Cam : Oh.  So he's the man.  Cool.

Mike : I try to be. So, fellas, what can I do for you ?

Ben : Well, we're looking for a good denim manufacturer. I know that you guys don't usually like to give out that kind of information, But is there someone that you could recommend for us ?

Mike : Well, we use a manufacturer in Macau.

Cam : That's a little further than we want to go.

Mike : You guys got your samples ?

Cam : No. That's why we're looking For a manufacturer to make them.

Ben : Yeah.

Mike : No, you don't need a manufacturer to make your samples. You need a pattern maker. The manufacturer takes care of your production line Once you guys start getting orders.

Ben : Well, who makes John's patterns ?

Mike : We do everything in house.

Cam : Can you make ours ?

Mike : No.  I'm sorry, Cam. We don't do that.

Ben : You know he's just kidding, Right ?

Cam : No, I wasn't.

Ben : Cam, please.

Mike : Do you guys have a business plan ? Do you have any financing lined up ?  Anything ?

Cam : Not yet, but we're working on it.

Mike : Can I be straight with you guys ?

Cam : Yeah, of course.

Ben : Yes.

Mike : Okay, before you guys do anything--- Look.  Just don't. Just don't.  Don't do it.

Cam : Don't do what ?

Mike : Don't start a denim line. Do not waste your time. Don't waste your money. A million people before you have failed Trying to do exactly what you want to do. Look, guys, I'm really sorry. I don't mean to be a downer.

Ben : So you think starting a denim line is impossible ?

Mike : All I'm saying is that I had 10 years experience, I had backing and I still couldn't get it done.

 

Ben : So I guess we need a pattern maker.

Cam : Yeah ?

Ben : Yeah. Fuck that guy.

Cam : That's why I love you, man. Fuck that dude. He don't know how we roll.

Ben : Yeah.

 

Générique de fin

 

Par Titeoce52

Kikavu ?

Au total, 8 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

stella 
20.08.2017 vers 21h

elyxir 
Date inconnue

Lolo19 
Date inconnue

Olyne 
Date inconnue

Sabzor 
Date inconnue

cleliagi 
Date inconnue

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci au rédacteur qui a contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Découvre la carte de Mary Sibley, sorcière de la série Salem, dans la catégorie Magic de notre collection d'HypnoCards.
En vitrine | Salem (Magic)

Appel à candidatures pour trouver des administrateurs pour un futur quartier dédié à la série Manifest de NBC.
Appel à candidatures | Plus d'infos

Venez départager les calendriers de l'Avent créés par nos membres, les votes sont ouverts jusqu'au 4 novembre !
Les votes sont ouverts ! | Date limite : 04/11

Activité récente

Photo du moment
02.10.2018

Actualités
Sortie cinéma | Le flic de Belleville avec Luis Guzmán

Sortie cinéma | Le flic de Belleville avec Luis Guzmán
C'est aujourd'hui, mercredi 17 octobre, que sort dans les salles de cinéma le film Le flic de...

Luis Guzman - Le Flic de Belleville

Luis Guzman - Le Flic de Belleville
La rentrée nous amène des nouvelles de Luis Guzman. On pourra le retrouver, aux côtés de Omar Sy,...

Victor Rasuk jouera pour Clint Eastwood

Victor Rasuk jouera pour Clint Eastwood
Victor Rasuk a rejoint le casting de The Mule, un drame policier qui sera réalisé par Clint Eastwood...

Vol HA181 : Atterrissage à New-York !

Vol HA181 : Atterrissage à New-York !
Bienvenue à New York au Vol HA181 ! Venez tenter l'aventure et la réussite américaine aux côtés de...

Fifty Shades Darker Premiere

Fifty Shades Darker Premiere
Victor Rasuk s'est rendu à la première du film Fifty Shades Darker qui se déroulait au The Theatre...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Téléchargement
Partenaires premium
HypnoRooms

juju93, Avant-hier à 18:06

Sondage "octobre rose" sur The L Word, autour du personnage de Dana et de la maladie qui l'emporte. Vous pouvez voter même sans connaître la série

grims, Hier à 08:46

Coucou à tous ! l'animation "Souvenirs de Kattegat" continue !

grims, Hier à 08:47

Aujourd'hui venez poster la photo de Personnage masculin préféré sur le quartier Vikings !!!

Steed91, Hier à 09:48

Nouveau sondage sur Modern Family, que pensez-vous de Dylan ? Venez nombreux Vous pouvez voter même si vous ne connaissez pas le show

grims, Aujourd'hui à 06:30

Aujourd'hui venez poster votre photo préférée d'Ivar sur le quartier Vikings !!!

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site